Écueil

 

 

Saints Patrons : Saint Crespin et Saint Crespinien.

 

L’église d’Écueil, nichée sur un promontoire, au milieu du vignoble, à 250 m des dernières maisons du village, a été construite au XIIe siècle (de style roman pour la nef, le chœur étant plutôt gothique, selon ce qui se faisait habituellement à cette époque).

 

Il existe plusieurs hypothèses concernant son implantation à l’écart :

 

Le village était-il, à l’époque, autour de son église ?

 

Ou, plus probablement, l’église faisait-elle partie d ‘un ensemble château fort – monastère, comme l’attestent les restes de fondation découverts à proximité, ainsi que le nom du lieu-dit « Derrière Moutier »

 

Les fonds baptismaux de l’époque Renaissance sont inscrits à l’inventaire du mobilier historique. Ainsi que deux statues de bois polychromes : Une Vierge des Douleurs, et un Christ en Croix, restaurées récemment, faisant partie d’une « poutre de gloire ». Le troisième personnage, Saint Jean, ayant disparu.
Inscrit également, la toile représentant St Antoine au-dessus du Maître-Autel. Un  objet classé : Une dalle funéraire datée de 1796. 

 

              

 

                               

 

 L’association « le Moutier d'Écueil » œuvre pour la sauvegarde et la restauration de cette église.
Après la totalité des bancs, l'association se lance dans le projet de restauration du retable de St Antoine au dessus du maître-autel.

 

Les travaux de restauration extérieure de l'église d'Ecueil son bien avancés.
Dernièrement, après la réfection du clocher, un nouveau coq vient d'être installé.

 

 

 

 

Le Mémorial du Jubilé de l’An 2000 :   

 

Juste au pied de l’église d’Écueil, se trouve le Mémorial du Jubilé de l’An 2000.

Inauguré à Ecueil Le dimanche 21 octobre 2001.
 

Ce monument, érigé en grande partie grâce aux dons des paroissiens, témoigne de notre passage dans cette année jubilaire pour les générations futures, au même titre que les calvaires de nos ancêtres.

 

Cette stèle représentant le globe terrestre sur une colonne octogonale, se veut à la fois, le symbole de l’amitié entre les peuples et l’unité de notre paroisse.

 

La mosaïque du centre (logo du jubilé) représente quatre oiseaux imbriqués l’un dans l’autre sur une croix  non limitée qui symbolise le Christ Hier, Aujourd’hui et à Jamais.

 

L'artiste qui a réalisé la sculpture de la sphère est Nicolas BULLOZ (YERRES – Essonne).

La réalisation du socle est l'œuvre de l'entreprise Léon NOEL.

 

 

Plus de détails ....
Extraits du discours d'inauguration par V. Deguerne, responsable du projet.

... Le 15 Août 1999, l’abbé Henri GODART avait souhaité que le Jubilé du nouveau millénaire soit marqué par un témoin de la Foi populaire encore présente et active en cette contrée de Champagne. Il avait ainsi évoqué la possibilité d’ériger un monument.
Cette œuvre est donc née d’une idée de son successeur l’abbé André BRAYE. L’Equipe d’Animation Paroissiale ne souhaitant pas ériger un calvaire comme dans les siècles précédents mais un monument résolument de notre Temps.

Le globe sculpté par M. Nicolas BULLOZ, artiste originaire de l’ESSONNE est en pierre de MASSANGIS dans l’YONNE. En plus d’être le témoin du jubilé, c’est avant tout un signe de Paix pour les peuples qui l’habitent. Voyons dans ce monument un symbole de l’unité entre les Hommes.
On peut observer que 3 symboles christiques sont sculptés sur la sphère :
1) La croix latine sur la Palestine,
2) Le poisson dans l’Océan Pacifique, ICTHUS en grec signifiant : Jésus Christ, Fils de Dieu, Sauveur
3) L’Alpha et l’Oméga sur l’Amérique du Sud, première et dernière lettre de l’alphabet grec, ici sous la forme du CHIRO qui symbolise qu’en Jésus Christ tout commence et tout finit.

Le Socle en pierre d’EUVILLE dans la MEUSE, est une réalisation de l’entreprise Léon NOEL

Une dédicace orne l’Equateur :
« LA PAROISSE DU MONT SAINT LIÉ EN SOUVENIR DU JUBILÉ DE L’AN 2000 ».

Le socle regroupe les noms des 11 villages qui constituent notre paroisse autour du logo qui marqua le Jubilé de l’an 2000.

Remercions les paroissiens pour leur générosité sans qui le monument n’aurait vu le jour, puis le Conseil Economique et l’Equipe d’Animation Paroissiale qui ont soutenu le projet ...